French
 

No Doll

Décembre 2011
Huile sur toile - 70x165cm
Le projet prend sa source plusieurs années plus tôt. J'ai découvert une note gribouillée sur un vieux bloc note disant "angel and doll", ange et poupée, ou l'idée d'un dyptique revisitant deux thèmes un peu galvaudés. Elle datait de 2005.
Après un historique assez dense dans les phases préparatoires, j'ai commencé à peindre le tableau au 1er janvier 2011, à 0h, et l'ai terminé le soir du 31 Décembre 2011.

Concept

No Doll rejette l'analogie entre humains et pantins liés à une volonté dont ils n'ont pas le contrôle, en évoquant une poupée dont le marionnettiste aurait disparu, et qui doit quitter le cocon protecteur pour se confronter au vivant. La posture est encore suspendue dans ce qui relève du réflexe de soumission autoritaire ou éducationnel.
Le pas et la poitrine nus évoquent fragilité exposée et féminité.
Peut-être a-t-on capturé l'instant transitoire vers l'âge adulte. peut-être est-ce une évocation du libre arbitre, pris dans un sens plus irrationnel.

Ce tableau est par ailleurs connecté à "pas d'Ange" pour former un diptyque conceptuel.

Détails

Genèse

Peu de temps après ces notes conceptuelles gribouillées à la va-vite, j'avais étudié un projet de portrait qui m'avait conduit à monter un chassis de la taille d'une personne debout.
Quelque part en 2007, lors d'une impulsion bizarre qui relevait un peu du mystique, je m'étais saisi de cette toile et de mes mains nues avait posé les bases de ce qui allait devenir le tableau Pas d'Ange.
Ces changements de direction qui pourraient paraître décousus ou anecdotique, ont pourtant permis de nourrir, de consolider mon idée originale qui manquait de fondations et de profondeur. Loin d'enterrer mon projet, j'ai gardé No Doll en tête, ai continué de l'élaborer à la confluence de sujets et de vécus connexes, posant au fil des années des croquis ici et là Doll concept, croquis Doll . Lorsque le parallélisme possible entre Pas d'Ange et No Doll m'est apparu soudainement, j'ai commencé à étudier la manière dont les deux pouvaient dialogue ( voir Etude pour No Doll )
De la même façon que Pas d'Ange nie l'idée de la créature angélique en montrant un personnage nu, profondément humain et tellurique, questionnant le ciel, No Doll nie la pensée de l'humain prisonnier et lié, prédestiné, avec ce personnage avançant un premier pas courageux vers ce qui semble vert et sauvage et pourrait symboliser la vie. C'est un tableau à la substance pleine de positivisme, d'où les tons plus chauds.

Merci à Joëlle ( Jo Doll ) qui faisait partie du projet initial et qui a accepté de poser pour le tableau plusieurs années plus tard.

Commentaires

Elizabeth
17 déc. 2012 à 8:01
Really beautiful. I have been delving deeper into the idea of dolls, bondage, and the imagery of "shedding" the things that entrap us. My response to your painting was very deep. I could stare at it all day!
soleneB
9 juil. 2012 à 20:03
Vraiment magnifique! J'aime beaucoup le concept et cet aspect de la nudité dans vos œuvres que vous montré de façon naturelle à une époque où elle et vulgarisée. Et le sens du détail vraiment magnifique!
Michaël
19 oct. 2012 à 17:42
Il y a une certaine hypocrisie sur le sujet de la nudité aujourd'hui. A la fois omniprésente, comme vous remarquez, dans la publicité, et dénoncée, voire bannie, sur les réseaux sociaux notamment. L'art peut, et doit, se permettre d'échapper à cette dichotomie, mais la diffusion de l'art par contre y reste soumise.
En tout cas merci pour votre commentaire.
Gaëlle
3 juil. 2012 à 21:26
C'est marrant parce que pas plus tard que cette semaine, je me disais "tiens, ça fait longtemps que Zancan n'a rien posté sur Deviant Art, j'ai hâte de voir ce qu'il prépare!" et deux jours après, tac ! une nouvelle toile !

Au premier abord j'ai trouvé cette représentation peut-être moins attrayante que les autres de votre œuvre ; moins d'imaginaire, moins de débordements oniriques. Mais pas moins intéressante pour autant. Je vous remercie d'avoir étoffé la description de l’œuvre et d'y avoir développé votre cheminement de pensée. Il m'a également permis de mieux comprendre "Pas d'Ange", qui m'avait déjà beaucoup marquée.

J'aime beaucoup l'idée qui se cache derrière, celle du libre-arbitre de l'Homme. C'est une idée qui me tient à cœur depuis un cours de philo en terminale sur Sartre, qui développait le concept de choix. à savoir que même lorsqu'on choisit de ne pas agir, on effectue un choix, qui ne nous est pas nécessairement imposé par le monde extérieur. Une forme de responsabilité et de liberté d'action, en quelque sorte.

Toujours un grand bravo pour vos palettes, votre sens du détail et du réalisme, mais qui garde toujours un aspect imaginaire, comme l'image d'un rêve...

Bien cordialement,
Gaëlle